Les médias sont unanimes, l’avenir appartiendra aux codeurs, ces êtres qui parlent de programmation informatique, comme vous et moi discutons de l’été qui tire à sa fin, des champignons qui attendent de communier avec des œufs battus au fonds d’une poêle et autres futilités qui ne font guère avancer nos économies.

Au-delà des effets de mode et de la course à la modernité imposée par l’opinion publique, notre société est réellement face à des enjeux liés à la connaissance et à la maitrise du code informatique.

Smartphone en poche, messagerie connectées en permanence, applications qui nous assistent dans la moindre tâche, force est de constater qu’aujourd’hui le numérique est partout présent dans nos vies et, par conséquence, que posséder les savoirs élémentaires de l’informatique et notamment les langages de programmation est forcément un atout.

Une préoccupation qui est prise en compte en France par le ministère de l’éducation comme en témoignent les programmes scolaires qui intègrent cette nouvelleexemple de code scratch discipline.

Pour autant limiter l’apprentissage du code à la seule sphère scolaire serait oublié les autres acteurs en capacité d’intervenir sur les problèmes d’éducation de par leur mission et leurs moyens. Les bibliothèques naturellement impliquées dans le processus de formation « au tout au long de la vie », ont, par exemple, un rôle primordial à jouer dans ce domaine. Comme le rappelle Thomas Fourmeux de la BM d’Aulnay-Sous-Bois « la bibliothèque est la porte de tous les savoirs ».

 Le code c’est aussi l’affaire des bibliothèques

Les fonds des bibliothèques, dans les domaines scientifiques et techniques sont souvent méconnus et sous-utilisés, en particulier en ce qui concerne l’informatique et le code.

De nombreuses bibliothèques disposent pourtant de documents qui apportent des éléments de compréhension et permettent de s’initier à ces langages construits pour dialoguer avec les machines. Ces documents peuvent proposer, par exemple, des exercices simples d’écriture de code qui rappelle le temps des TO7 et du langage Basic des années 80. Ils sont d’excellents moyens de découvrir le B.A.BA du code informatique d’un point de vue historique et technique.

Du fait de du grand nombre de  langages utilisés pour la programmation, on trouvera dans les collections des bibliothèques en priorité les plus populaires d’entre eux comme : Python, Scratch, Minecraft ou encore le langage C

Quelques pistes de lecture :

Mais aussi des ouvrages qui permettent une mise en pratique de projets à partir des cartes que l’on peut décrire comme des nano-ordinateurs, grosso modo, des ordinateurs dans leur plus simple expression valant quelques dizaines d’euros

Des documents sur les cartes de  type Arduino

Ou encore de type Raspberry

De nombreuses ressources accessibles en lignes peuvent être aussi proposées aux usagers par les bibliothèques, les exemples ne manquent pas, et notamment à la BDSL (accès en mode identifié) Toutapprendre

 Cette mission si tu l’acceptes…

Coté bibliothécaires forcement ces nouvelles missions bouleversent les habitudes et des phases de réflexion et d’expérimentations ont été initiés dans de nombreux lieux souvent en lien avec des Fablabs.
Des ateliers animés par des « biblio numericus » ou des « code-thécaires » tel que certains se nomment déjà voient le jour tel que la médiathèque d’ Aulnay sous-bois, la bibliothèque Robert Desnos à Montreuil, la médiathèque de  Rennes ou encore les ateliers de la ville de Paris pour en citer quelques-uns

Dans ces démarches innovantes, ces bibliothécaires volontaires peuvent être accompagnés par des réseaux d’acteurs comme les voyageurs du code qui fédèrent les projets et les accompagnent.

Partage :